Proposez-nous votre article !

Clint Capela : Le parcours du jeune suisse, prétendant au titre NBA

Posté le 24/06/2018 par Geoffroy Brändlin rubrique Basketball

6609
0'

Clint Capela en match - Photo Keith Alisson

Débuts en Suisse, puis en France

Jouant d’abord au football, Clint Capela a seulement commencé le basketball à l’âge de 13 ans, au sein du club régional de la commune de Meyrin, proche de Genève, sa ville natale. Ses ambitions et son potentiel, repérés lors de ses années juniors par l’encadrement, l’ont très vite mis sur le chemin de la France, plus particulièrement de l’INSEP, par lequel sont passés Tony Parker, Boris Diaw ou Nicolas Batum, et du club de Pro A de Chalon-sur-Saône grâce auquel il a pu profiter d’infrastructures mieux adaptées à un joueur de sa trempe. Les efforts du Suisse n’ont pas tardé à payer dans l’hexagone, où il a été désigné, en 2014, meilleur joueur du mois de février, meilleur jeune, meilleur dunkeur et meilleure progression de l’année.

Débuts en NBA et passages en D-League

Ses efforts l’ont amené, le jeudi 26 juin 2014, à devenir le deuxième joueur suisse à être sélectionné lors de la draft NBA après Thabo Sefolosha (2006). La franchise texane des Houston Rockets l’a sélectionné en 25ème position et lui a proposé un contrat dans la foulée. Cependant, le chemin vers une carrière en NBA est toujours très difficile. Du haut de ses 2 m. 08, le pivot genevois avait affaire à une rude concurrence à son poste. En effet, en 2014, les « Rockets » possédaient non seulement à ce poste la star Dwight Howard (vainqueur du concours de dunk 2008 et 3 fois défenseur de l’année), mais aussi le lituanien Donatas Motiejunas et les américains Tarik Black et Joey Dorsey. Clint Capela s’est ainsi retrouvé à faire des allers-retours avec l’équipe de D-League (Development League, actuellement appelée G-League) affiliée aux Rockets. Alors que certains auraient pu se lasser d’être considérés comme des joueurs de seconde zone, le genevois travaillait d’arrache-pied avec les coachs assistants, notamment sur les lancers-francs (son gros point faible) et sur sa condition physique. Lors d’une interview consacrée à la RTS en été 2015, Clint Capela affirmait avoir gagné 5 kg de muscles lors de l’intersaison, le poste de pivot demandant un physique massif (Dwight Howard pèse 120 kg et Shaquille O’Neal pesait près de 145 kg).

De remplaçant à titulaire en puissance

Suite au départ de Dwight Howard, les efforts du suisse ont été récompensés par son coach Mike D’Antoni qui le voit actuellement comme le futur pivot dominant du championnat américain. Au fur et à mesure que son temps de jeu augmentait, l’impact de Clint Capela devenait plus important au sein de l’équipe et ses statistiques individuelles ont été gonflées par les passes de James Harden (12,6 points pour Capela entre 2016 et 2017) puis aussi par les passes du nouveau venu Chris Paul pour la saison 2017-2018 (13,9 points). Apprécié des fans et de ses coéquipiers pour son travail et son humilité, le pivot genevois est devenu indispensable au sein de la franchise finaliste de la Conférence Ouest 2018 qui serait prête à lui offrir un contrat maximum cet été, tout comme les nombreuses équipes qui le courtisent.

Geoffroy Brändlin

Etudiant à l'Université de Lausanne (SUI) et coureur de fond et demi-fond

Articles similaires