Proposez-nous votre article !

Lettre aux médisances

Posté le 02/09/2017 par Geoffroy Brändlin rubrique Athlétisme

6461
0'

Mo Farah et Usain Bolt, victimes pendant leurs carrières de médisances - Photo Steven Lewarne

Evaluons l’utilité que la société donne aux sportifs professionnels, vous la personne au coin de la rue, vous le conducteur de bus, vous le politicien. Certains les trouvent inutiles et ne comprennent pas comment ils peuvent être rémunérés pour « jouer », se dépasser physiquement et mentalement. D’autres viennent s’amuser, se lever dans des stades, des gradins ou des trottoirs le long des routes, partager et faire des rencontres. Un athlète professionnel est un divertissement comme un acteur ou un musicien, une pub pour ses sponsors comme un mannequin. Leur point commun ? Ils réalisent leur talent et travaillent avec acharnement pour avoir la chance de faire ce qu’ils aiment. Bien sûr ceux-là ne sont qu’une minorité, la plupart n’ont pas ou la volonté ou la possibilité de mettre leur sport au centre de leur vie.

L’infime partie des athlètes devenus professionnels sont souvent perçus et traités comme des bêtes de foire lancées dans l’arène, bien que ces sportifs ne soient pas des animaux mais des êtres humains. Chaque individu a le droit au respect. Personne ne mérite la méchanceté gratuite et l’humiliation publique. Celles-ci sont provoquées par une transformation de la passivité qui laisse place à une réaction de rejet ou de jalousie.

Vomissements, douleurs, épuisement, solitude sont le quotidien de ces individus dotés, comme tout un chacun, de qualités, de défauts, de forces et de faiblesses. Partir s’entraîner des mois loin de sa famille et de ses amis afin de demander à son corps d’ignorer l’impossible, d’ignorer ses limites. Le résultat de tout cela ? Ravir une foule en délire qui envoie les journalistes à leurs claviers. Des médias qui glorifient ou crucifient. Des « dieux », des « finis » ? Non juste des hommes et des femmes comme vous et moi ayant hérité de l’ADN d’une mère et d’un père.

Ils sont des personnes qui ont fait sourire, rire, pleurer de joie des milliers de personnes et qui sont souvent récompensées par un coup de poignard médiatique traître. Encourageons les athlètes, soutenons-les et essayons de les comprendre. Mettez-vous à leur place. Comment vous sentiriez-vous vous et votre famille devant ces retournements de veste odieux ? Offrez-leur le Respect.

Geoffroy Brändlin

Etudiant en Lettres à l'Université de Lausanne (SUI) et coureur de fond et demi-fond

Articles similaires