Proposez-nous votre article !

Para-sports et le challenge de la prochaine génération

Posté le 12/03/2020 par Adam Samuel rubrique Divers

703
0'
ARTICLE INVITÉ

Paralympiques de Londres 2012, Angela Ballard - Photo Sport the Library
Traduit de : Anglais par Léane Haefeli. Voir l'original
Para-sports and the challenge for the next generation

The start

The world of para-sports and the Para-Olympics were invented by the most perfectly named person of all: Dr Guttmann. A German refugee working in Britain, he had already developed the idea that sport could be a helpful treatment for people who had been paralysed for whatever reason. In the Stoke Mandeville Hospital, about forty miles north-west of London, where he organised the first Para-Olympics, Dr Guttmann’s key idea continues to be part of the treatment of disabled people.

A shift to a parallel sporting universe

There is a difference, though, we do not talk about “disabled” or “handicapped” people anymore. Anyone who has watched Jonnie Peacock win a 100 metre sprint in 10.8 seconds using blades or has watched a woman with cerebral palsy run 400 metres in under 60 seconds can tell you of the strange sensation of not knowing who has the handicap or the disability. I found myself recently unconsciously blocking the traffic in London as Ellie Simmonds, a ferocious if vertically challenged multiple gold winning swimmer crossed the road without looking, talking on her smart phone. I felt that I was protecting a national treasure. She may not be very tall but she can swim a good deal faster than I can.

It all changed for me in Beijing 2008. Awareness that people born or sometimes put by health or other events into categories of “para-ness” could do things a great deal quicker and better than the vast majority of conventionally able-bodied people took para-sports away from being a freak show about the less able into a discussion about what made people excel in these new sports. In London 2012, “Hurricane” Hannah Cockcroft became unbeatable in wheelchair sprinting and beyond. David Weir, from 800 metres to marathon was raising questions about whether an able-bodied athlete could compete with him at his sports.

Oscar Pistorius, before he murdered his girlfriend, raised the question of whether with blades a longer distance Paralympic runner could not compete on equal terms with an able-bodied athlete. Jason Smyth, the blind 100 and 200 metres runner has competed in mainstream competitions. While his 100 metres personal best of 10.22 is not going to win medals outside para-competition, Ireland is not really known for developing sprinters. Its national record is only 0.04 seconds faster.

Behind or perhaps in front of all this, Baroness Tanni Grey-Thompson, muiltiple winner of gold medals and wheelchair races at seemingly all distances, has projected at least to the British public what was when started effectively a new sport or at least one reaching new audiences. Articulate, intelligent and an effective presenter, she made everyone in Britain look up and check out this new activity.

Para- and mainstream sports colliding

There is more cross-fertilisation between para- and mainstream sports. One of the fun elements of para-sports are sports like wheelchair rugby (better named “murder-ball”!) and the swimming relays where teams have to consist of people with a balance of different levels of disability. The development of mixed relays in mainstream swimming and athletics may have emerged from this.

The classification system - which is crucial to para-sports in determining the level of disability and thus the group in which sportsmen compete - has appropriately become a battleground, full of controversy. It echoes and pre-dates the Castor Semenya and trans-gender controversies in mainstream sport. In both situations, a re-classification can be both deeply intrusive and fatal to a participant’s chances of success. Allegations of both cheating and unfairness operate on a level plane between the two sporting categories here.

The para-sport challenges

There are problems, though, with para-sports. The first is that in each final, the difference between first and second and first and fourth is often enormous suggesting a lack of depth and quality in the event. The events are still excessively dominated by countries like Britain who owe their strength to their historic support for para-sports. This can be compared with African and Caribbean countries who perform far better in mainstream than para-sports. This reflects a difference in available facilities and perhaps also a cultural aspect.

Above all else, though, para-sports face a bigger challenge to rise beyond “freak-show” status. The emphasis historically has been on explaining people’s handicaps. Even when Tanni Grey-Thompson received a lifetime award from the BBC in December 2019, the BBC website told us that she had spina bifida. That condition, particularly since Baroness Grey-Thompson does not compete anymore is irrelevant. The only thing that is important is that she has a ramp on which she run her chair to be able to receive the award and present herself generally. The nature of disability is still relevant but only in terms of sporting activity and the cases where the disability that classifies the sportsman has a functional impact on the athlete’s lives (in its most extreme form, Marieke Vervoort).

The next step in projecting para-sports is a move away from discussing disability to appreciating how para-sportsman achieve their performances. The techniques, training and yes even the challenges are what will take para-sports to the next level. I want to know more about how Ellie Simmonds generates her front-crawl speed while standing 1.23 metres. More importantly perhaps, we need to know how people propel wheelchairs and the strength and skills involved. Can able-bodied people do this better and if so by how much? What are the techniques involved in running with a guide and what does the guide have to be able to do and contribute?

Para-sports are joining the mainstream and that involves projecting the skills and techniques involved beyond the back-stories of the athletes. The 2020s look set to be a great decade for this relative newcomer (after all mainstream athletics had 2500 years start). Now, when I see a deformity in a friend, I now think of it not as a handicap but as a challenge. That I think is one of the great and enormously “good” Dr Guttmann’s legacies.

Le début

Le monde des para-sports et des paralympiques a été créé par une personne qui porte très bien son nom : Dr Guttmann. Réfugié allemand travaillant en Angleterre, il avait déjà développé l’idée que le sport pourrait être un traitement bénéfique pour les personnes paralysées, quelqu’en soit la cause. Dans l’hôpital de Stoke Mandeville, au nord-ouest de Londres, là où il organisa les premiers paralympiques, les idées de Dr Guttmann continuent à être appliquées pour le traitement des personnes handicapés.

Un passage dans un univers de sport parallèle

Il y a une différence, même si, nous ne parlons plus de personne « invalide » ou « handicapée ». Quiconque a regardé Jonny Peacock gagner un 100 mètres sprint en 10.8 secondes en utilisant des prothèses de course ou a regardé une femme avec une paralysie cérébrale courir un 400 mètres en 60 secondes peut vous dire l’étrange impression de ne plus savoir qui a le handicap. Je me suis trouvé récemment entrain de bloquer la circulation à Londres, pendant que Ellie Simmonds, multiple médaillée d’or en natation, traversait la route sans regarder, discutant au téléphone. J’avais l’impression de protéger un trésor national. Elle n’est peut-être pas très grande mais elle peut pourtant nager bien plus vite que moi.

Tout a changé pour moi lors des Jeux de Pékin 2008. La prise de conscience que les gens nés ou parfois mis à cause de leur santé dans la catégorie des « para » peuvent faire les choses bien plus rapidement que la majorité des gens ayant un corps conventionnellement apte. Cela a supprimé la vision de para-sports comme étant un freak-show des moins aptes. Aux Jeux de Londres 2012, « la tempête » Hannah Cockcroft est devenue imbattable au sprint en fauteuil roulant. David Weir, depuis le 800 mètres et jusqu’au marathon a soulevé la question si un athlète sans handicap pourrait rivaliser contre lui à son sport.

Oscar Pistorius, avant d’avoir assassiné sa compagne, a soulevé la question de la possibilité pour un coureur paralympique de longue distance avec des prothèses de course de faire la compétition contre des athlètes non-handicapés. Jason Smyth, le coureur aveugle de 100 et 200 mètres a participé à des compétitions ordinaires. Même si son record personnel du 100 mètres de 10.22 secondes ne lui permettrait pas de gagner une médaille d’or en dehors des Paralympiques, l’Irlande n’est pas connue pour avoir des grands sprinteurs. Le record national est seulement plus rapide de 0.04 secondes.

Ensuite, ou peut-être tout d’abord, la Baronesse Tanni Grey-Thompson, multiple médaillée d’or en course de fauteuil roulant pour toutes les distances, a fait prendre conscience au public anglais ce que c’est que de commencer un nouveau sport avec efficacité ou a du moins atteint une nouvelle audience. Intelligente, avec une bonne expression orale et sachant présenter efficacement, tout le monde en Angleterre a cherché à regarder cette nouvelle activité grâce à elle.

Collision entre les para-sports et les sports mainstream

Il existe bien plus d’émulation croisée entre les para-sports et les sports mainstream. Les éléments amusants des para-sports sont les sports comme le rugby en fauteuil roulant (également appelé la « murder-ball » !) et les relais de natation où les équipes sont constituées de manière à avoir un bon équilibre dans les différents niveaux de handicap. Le développement des relais mixtes dans les sports mainstream comme la natation et l’athlétisme vient peut-être de là.

Le système de classification – qui est crucial pour les para-sports pour déterminer les niveaux de handicap et donc le groupe dans lequel l’athlète va participer- est évidemment devenu un champ de bataille, plein de controverses. Cela fait écho à Caster Semenya et aux controverses à propos des transgenre. Dans les deux situations, une reclassification peut-être très intrusive et fatale pour les chances de succès du participant. Des allégations de triche et d’injustice opèrent tout autant dans ces 2 catégories de sports.

Le défi des para-sports

Il existe bien sûr des problèmes dans les para-sports. Le premier est que dans chaque finale, la différence entre le premier et le second et le quatrième est souvent énorme et montre un manque de profondeur et de qualité dans l’évènement. Les manifestations sont encore excessivement dominées par des pays comme l’Angleterre, qui doit sa force à son soutien historique dans les para-sports. Cela peut être comparé avec les pays Africains et des Caraïbes qui performent bien mieux dans les sports mainstream quand dans les para-sports. Cela reflète une différence dans les installations à disposition et peut-être aussi dans le domaine culturel.

Avant tout, les para-sports sont face à un plus grand défi qui est de passer au-dessus de leur image de « freak-show ». L’importance historique avait été d’expliquer le handicap des gens. Même quand Tanni Grey-Thompson a reçu un prix pour sa carrière de la BBC en décembre 2019, le site de la BBC a dit qu’elle était atteinte d’un spina bifida. Cet état, particulièrement depuis que la Baronesse Grey-Thompson ne court plus, n’est plus pertinent. La seule chose importante est qu’il y ait une rampe sur laquelle elle peut rouler avec sa chaise pour récupérer son prix et se présenter au public. La nature du handicap est toujours pertinente mais seulement pour les activités sportives et dans les cas où l’handicap qui classifie le sportif a un impact fonctionnel sur la vie des athlètes (dans sa forme la plus extrême, Marieke Vervoort).

Le prochain objectif dans la représentation des para-sports est d’apprécier la performance des para-athlètes et des leurs réussites. Les techniques, l’entrainement et, oui, même les challenges sont ce qui amène les para-sports à un autre niveau. J’aimerais en savoir plus sur la façon dont Ellie Simmonds génère sa vitesse de crawl en ne faisant que 1.23 mètres. Plus important peut être, nous devons savoir comment les personnes font avancer les fauteuils roulants et la force et les capacités que cela demande. Est-ce que les personnes avec un corps sans handicap peuvent le faire mieux et si oui de combien ? Quelles sont les techniques associées à la course avec un guide et qu’est ce que le guide doit être capable de faire pour participer ?

Les para-sports rejoignent les sports mainstream et cela implique de projeter les compétences et les techniques utilisées au-delà du passé des athlètes. Les années 2020 ont l’air d’être une bonne décennie pour ce relativement jeune nouveau venu (après tout, les sports mainstream ont une avance de 2500 ans). Maintenant, quand je vois une déformation chez un ami, je ne la vois plus comme un handicap mais comme un défi. Et cela, je pense que c’est un des merveilleux héritages du Dr Guttmann.

Articles similaires